Une caissière tente de faire payer les courses de ses sœurs 100 fois moins chers

©Photo d’illustration RL /Julio PELAEZ

Un vol assez exceptionnel a eu lieu dans un supermarché Carrefour à Thionville (Département de Moselle) en décembre 2020. Force est de constater que les caissiers, par des moyens frauduleux, essaient toutefois de faire sortir des articles gratuitement du magasin. Cependant, pour ne pas se faire attraper, il ne s’agit que d’une faible somme d’argent. 

Pour cette caissière de 23 ans en fin de contrat, ce n’était pas le cas. En effet, avec l’aide de ses deux sœurs, elle a tenté d’escroquer son employeur (Carrefour) d’une somme de 2900 €. Au lieu de payer ces 2900 € de courses, celle-ci n’a facturé que 30 €. Bien évidemment qu’un tel montant ne peut passer inaperçu malgré leur plan redoutable. Elles ont été par la suite interpellées et ont comparu devant le tribunal. 

Un plan redoutable qui a pu réussir… 

Effectivement, le plan de la caissière et ses sœurs pour escroquer et voler des produits et/ou articles à Carrefour a failli réussir. Parcourant les rayons en remplissant leur caddie comme si de rien n’était, les deux sœurs de la caissière sont munies d’une scanette ou lecteur de code barre portatif, qui leur permet de scanner les produits qu’elles vont acheter elles-mêmes. Elles n’ont cependant scanner que les articles les moins chers et n’ont été facturées que pour cela malgré la tonne de marchandises dans leur chariot. C’était le plan parfait selon elles, puisque le coup a presque réussi. 

Mais comme les inventaires sont très fréquents dans les magasins de grande distribution, un déficit de plusieurs milliers d’euros ne peut passer inaperçu. Les employés de Carrefour ayant remarqué le manque ont tout de suite vérifié les caméras de surveillance. C’est par ces procédés qu’ils ont pu voir les deux personnes ne scannant que les produits moins chers. Depuis, elles ont été surveillées de près. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Shackled gals (@shackled_gals)

Le plan de la caissière et de ses sœurs, avorté par le vigile

L’inventaire des marchandises permet de savoir lorsqu’un produit manque. C’est pour cette raison que la défaillance de 3000 € ne pouvait passer sans se faire remarquer. Ayant remarqué ce comportement atypique des deux clients, le personnel n’a pas de suite interpellé les jeunes femmes pour avoir « oublié » de scanner certains produits. 

Une fois qu’elles ont fini leurs emplettes, les deux personnes se sont ensuite dirigées vers la caisse de sa sœur, et cette dernière n’a facturé que 30 €, malgré les 2900 € de produits contenus dans le caddie. Mais grâce aux séquences enregistrées par les caméras, celles-ci ont vite été attrapées et stoppées par le vigile sur le parking du magasin. La police a été vite contactée pour procéder à leur interpellation et à leur arrestation. C’est à ce moment que le gérant de l’hypermarché a appris qu’il s’agissait des sœurs de la caissière, qui a par la suite été interpellée à son tour. 

La caissière et ses sœurs condamnées à des travaux d’intérêt public pour escroquerie

Les escroqueuses ont comparu devant le juge suite à leurs comportements. Leur jugement a eu lieu en avril 2021. Malgré qu’elles aient reconnu les faits, elles ont expliqué que ce sont les problèmes financiers que leur famille traverse qui l’ont motivé à agir de telle façon. 

La caissière va même jusqu’à dire que l’idée émane de ses sœurs, et qu’elle ne voulait pas le faire au départ. Mais compte tenu de leur situation financière, elle a fini par céder. Elle ajoutait qu’elles n’ont principalement pris que les denrées alimentaires. Cependant, le président du tribunal leur a fait remarquer que seulement 300 € des 2900 € étaient des denrées alimentaires.

Heureusement pour elles, le juge a été plus clément. Elles n’ont écopé que 70 heures de travail d’intérêt public dans les 18 mois prochains bien que ce soit un vol en bande organisée. Si elles ne les effectuent pas, elles risquent deux mois de prison ferme. 

Accueil / Actualités / Une caissière tente de faire payer les courses de ses sœurs 100 fois moins chers